mardi 15 avril 2014

Ca bouge ne psychiatrie au Groupe Hospitalier du Havre

L’intersyndicale CGT-SUD-CFDT du Groupe hospitalier du Havre a été reçue à l'Agence Régionale de Santé Mardi 15 Avril pour l'alerter sur la situation extrêmement préoccupante que traverse la psychiatrie publique Havraise : elle est
quasi au bord de la rupture. L’une des raisons de cette rupture est l'effondrement des effectifs de médecins psychiatres qui ne permettra bientôt plus de maintenir la continuité des soins. Mais c'est aussi l'insuffisance notable de lits d'hospitalisations complètes (20 lits supplémentaires ouverts en permanence) qui ne permet plus d'accueillir, d’héberger, les usagers dans des conditions dignes, satisfaisantes.
A cette occasion l'intersyndicale avait appelé les personnels  de psychiatrie et de santé mentale à se mobiliser, à débrayer. Ils furent près de 200 à participer à cette mobilisation qui se déroula sur toute la journée: petits déjeuners offerts de 9 à 10h, barbecue de 12 h à 14h, Assemblée générale de 14 H à 15h suite au retour de la délégation de l'intersyndicale de l' ARS, et ce devant de nombreuses tentes installées pour dénoncer les situations précaires d'hébergement proposées.
Cette mobilisation de l'intersyndicale n'a pas soulevé que l'engouement du personnel. Les médecins psychiatres ainsi que la Direction du GHH, ont réagi à cette initiative. Ils ont confirmé par courrier envoyé au directeur de l'ARS, que l'alerte syndicale était absolument justifiée et qu'il y avait urgence à traiter les problèmes de fond posés.

L' ARS a confirmé le diagnostic de l'intersyndicale, pris note des graves risques de rupture médicale. Elle a affirmé sa volonté  de faire de cette question sa priorité. L’effort fourni en terme de renforcements du nombre d'internes sera maintenu, et la création de 2 postes d'assistants spécialisés régionaux sera envisagé dès que la responsable médical pour la psychiatrie dans la filière universitaire sera nommé. Pour le reste les réponses ont butés sur la question sur la question des moyens budgétaires notablement insuffisants accordés par le ministère à la psychiatrie publique en Haute-Normandie. Le Directeur de l'ARS a annoncé aux syndicats sa décision  de constituer un groupe de réflexion avec tous les acteurs de la psychiatrie publique Havraise dont les représentants du personnel afin de trouver les solutions de sortie de crise.IL fut présenté par le directeur de l'ARS comme un groupe de "Reconstruction». Les syndicats restent mobilisés pour que cet engagement soit tenu et débouche sur des solutions concrètes qui ne peuvent plus attendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire